Pédagogie

IDAY s’installe à Pairi Daiza

Pédagogie

À propos

L’école est l’un des principaux lieux où les élèves acquièrent et développent leurs connaissances, leurs comportements, leurs attitudes, leurs valeurs et leurs savoir-faire. Les jardins scolaires offrent une forme d’éducation directe et pratique où les élèves peuvent voir les résultats de leurs décisions et de leurs actions.

➢ ENVIRONNEMENT

Ces jardins, par le biais d’activités diverses (plantation d’arbres, agriculture organique, protection contre les ravageurs, compostage, etc.), sont de réels outils pour l’éducation à l’environnement.

En effet, comme nous l’avons vu dans la première partie de ce manuel, les jardins scolaires peuvent être vus comme des leviers pour traiter de l’environnement et de ses enjeux avec les élèves.

➢ MATIÈRES SCOLAIRES

Avec la présence de ces jardins scolaires, l’école joue un rôle important d’initiation et de formation dans plusieurs disciplines différentes. Ils sont de vrais laboratoires vivants où l’on peut étudier l’environnement mais également les sciences naturelles et toute une série d’autres sujets. En effet, par sa nature interdisciplinaire, le jardin scolaire permet de passer en revue diverses matières, telles que :

• La géographie :
Grâce à l’origine des produits mais aussi avec l’apprentissage de l’orientation, de l’érosion des sols, des dénivelés, etc.

• La géométrie et les mathématiques :
Les jardins permettent de traiter des notions de grandeur, d’échelle, d’aire, de périmètre et ce, lors de la planification du jardin, en délimitant les dimensions nécessaires à sa réalisation ou encore en calculant sa valeur de production, par exemple.

• L’économie :
Les jardins scolaires peuvent permettre de faire tenir aux élèves des livres de comptes et d’établir, en fin d’année, un bilan des dépenses et des recettes du jardin, si celui-ci est utilisé à des fins commerciales.

• Les sciences :
– Observation des espaces « jardinés » : ils sont un bon terrain d’étude pour analyser la composition chimique du sol ; pour traiter de l’irrigation et des systèmes existants ainsi que de l’érosion et des moyens de l’éviter ; etc.

– Réalisation d’expériences scientifiques : par exemple mesurer le temps de percolation de l’eau entre différents sols (un sol sablonneux, qui contient beaucoup de sable, et le sol du jardin, qui est une terre arable). Cela permet de comprendre que plusieurs paramètres sont à prendre en compte tels que le type de sol, la quantité d’eau versée, la durée d’arrosage, la nature du filtre utilisé, etc.

– Le cycle de l’eau : comprendre chacune des phases (les observer, les questionner et les nommer).

– Botanique et biologie : les jardins permettent d’observer la structure des plantes, le cycle de croissance des fruits et légumes, la diversité des plantes existantes, etc.

– Liens entre la nature et l’homme : les jardins permettent aux élèves d’observer l’ensemble des bienfaits et des bénéfices qu’ils peuvent retirer de leur relation à la nature. Les jardins scolaires permettent donc aux élèves de voir quelles actions sont respectueuses de la nature et lesquelles ne le sont pas.

– Recyclage des déchets et compostage, etc.

• L’alimentation et la nutrition :
Les jardins permettent de promouvoir de bonnes habitudes alimentaires et nutritionnelles.

• L’histoire, l’éveil et l’étude du milieu :
Grâce à l’observation du temps. Les élèves peuvent établir des liens chronologiques cycliques selon les saisons, les mois et les plantes.

• Le maraichage :
Les élèves vont pouvoir développer des compétences techniques qui seront aussi bénéfique aux familles si elles souhaitent s’engager dans un potager familial et aux enfants pour leur futur insertion professionnelle.