Protection et éducation des jeunes travailleurs domestiques

Le programme de lutte contre les violences envers les enfants et jeunes travailleurs domestiques s’est poursuivi en 2020 au travers de nombreuses actions :

AU TOGO

Grâce au financement de la Fondation Croix du Sud, un nouveau projet a pu s’ouvrir au Togo : des activités de prévention et sensibilisation des risques liés au travail des jeunes filles mineurs ont été menés au nord du pays. Des agents ont été formés pour rencontrer les employeurs de ces jeunes filles et faire prévaloir leurs droits. Ces agents vont également dans les villages d’où sont issues les jeunes filles pour expliquer aux leaders communautaires, aux parents et aux filles les risques liés à l’immigration vers les grandes villes et le travail comme domestique.

AU RWANDA ET EN RDC

Avec l’appui de la Fondation NIF, IDAY-RDC/Kivu et IDAY-Rwanda ont poursuivi leur programme régional de protection des jeunes travailleurs domestiques. Deux centres de formations, l’un à Uvira (province du Sud Kivu), l’autre à Kigali, proposent des formations aux jeunes personnes en âge de travailler et qui souhaitent se professionnaliser comme travailleur domestique. Cette approche apporte des résultats très encourageants, autant du point de vue du travailleur domestique que de l’employeur. Une étude a ainsi été menée auprès des jeunes diplômés pour obtenir des données précises en termes d’impact socio-professionnel. Les résultats de cette enquête sont attendus pour début 2021 !

Un partenariat a été établi avec la VET Toolbox et Enabel (la coopération technique belge) pour développer un curriculum de formation spécifique en « travaux ménagers ». L’objectif est de formaliser la profession de travailleur domestique, afin d’offrir d’une part de meilleurs conditions d’emploi aux jeunes adultes, et d’autre part un service de meilleur qualité aux employeurs. La professionnalisation du métier permet par ailleurs de réduire les situations d’abus et le recrutement d’enfants.

Les sensibilisations se sont poursuivies à travers les radios communautaires, les émissions télévisées, les rencontres avec les employeurs, la distribution du matériel de sensibilisation, etc.

Les activités de plaidoyer pour une reconnaissance officielle du métier de travailleur domestique et l’interdiction du travail des enfants se sont elles aussi poursuivies en filigrane de toutes les autres actions.

La construction du centre de formation des jeunes travailleurs domestiques à Uvira, province du Sud Kivu, s’est également poursuivi en 2020 grâce à l’appui de longue date des Soroptimist de Belgique. Cette construction permet à l’équipe d’avoir plus d’autonomie financière et de ne plus dépendre des hausses régulières de loyer. Chaque année, dans ce centre, ce sont plusieurs dizaines de jeunes gens qui bénéficient d’une formation en alphabétisation, coupe-couture et arts culinaires et voient ainsi leurs compétences renforcées.

AU KENYA

Avec l’appui de la Fondation NIF, un programme de résolution pacifique des conflits entre employeurs et travailleurs domestiques, initié en 2018, a permis de sensibiliser plus de 500 travailleurs domestiques.
Le projet a mis en place 3 programmes radio de 20 minutes chacun, dans une station de radio locale The Koch fm. Cette station de radio dessert 40% de la population de Nairobi, touchant plus d’un million de personnes. Elle dessert 19 grands bidonvilles de Nairobi. A travers ces émissions, nous espérons donc toucher de très nombreux jeunes travailleurs domestiques et leur faire passer nos messages de prévention, concernant leurs droits et les mécanismes existants de résolution pacifique des conflits.
IDAY-Kenya a enfin accompagné plusieurs cas juridiques opposant des travailleurs domestiques à leur employeur.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *