Enquête et analyse de la performance des systèmes d'éducation

Campagnes régionales

Enquête et analyse
de la performance des systèmes d’éducation

À propos

En septembre 2015, les Nations Unies ont approuvé 11 nouveaux Objectifs de Développement Durable (ODD) pour l’éducation. Les progrès réalisés dans le cadre des anciens Objectifs du Millénaire pour le Développement se sont révélés insuffisants, comme l’a confirmé le Rapport mondial de suivi sur l’éducation en 2016 (GEM) de l’UNESCO et le World Development Report 2018 de la Banque Mondiale. Les rapports concluent que, après plus d’un quart de siècle d’efforts de l’ONU pour assurer une éducation de base de qualité pour tous, la situation reste «inquiétante». Les nouveaux objectifs visent à «assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et promouvoir des opportunités d’apprentissage pour tous tout au long de la vie » d’ici 2030, avec l’UNESCO chargée de fournir des rapports indépendants réguliers sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des nouveaux ODD.
Les nouveaux ODD révèlent deux principaux changements : premièrement, l’effort ne concerne pas seulement l’éducation de base dans les pays pauvres du Sud, mais tous les cycles d’éducation pour l’humanité dans son ensemble; il est à espérer que cela ne détournera pas l’attention des principaux domaines de préoccupation, à savoir l’éducation de base en Afrique. Deuxièmement, l’accent a été déplacé principalement de l’accès à l’éducation vers un objectif mettant davantage l’accent sur la qualité de l’éducation. Ceci est pleinement justifié puisque la qualité de l’éducation a diminué dans la majorité des pays mais plus sévèrement en Afrique. Le rapport 2017 de la Commission Internationale de l’éducation révèle que si les pratiques et contributions actuelles restent inchangées, d’ici 2030, 69% des jeunes des pays les plus pauvres, dont la plupart sont en Afrique subsaharienne, seront incapables de lire et d’écrire correctement. Un rapport de la coalition IDAY Guinée révèle que dans certaines zones rurales, seulement 6% des filles achèvent l’enseignement primaire. Certaines écoles mixtes du nord-ouest de l’Ouganda n’ont pas de filles dans les classes primaires finales. Les facteurs de cette carence sont nombreuses et impliquent des causes qui vont au-delà du secteur de l’éducation.

Pays concernés:
Tous

Objectifs

Le programme prend en compte les derniers écrits sur la performance de l’aide étrangère (rapprocher les gens de leur gouvernement); recommandations de la Commission Internationale de l’éducation internationale (responsabilisation, efforts de réforme, indicateurs d’apprentissage basés sur les utilisateurs finaux, y compris la santé, etc.); Statistiques de l’UNESCO (la pauvreté est la principale cause des abandons scolaires). Les conditions de scolarisation doivent donc compenser les moyens inadéquats des familles et contribuer à la réduction de la pauvreté. La croissance rapide de la population en Afrique subsaharienne et les budgets limités des États imposent des solutions peu coûteuses si les droits fondamentaux en matière d’éducation et de santé doivent être «pour tous». Les organisations de la société civile locale (OSC) sont idéalement placées pour répondre à ces conditions.

L’approche préconisée par les membres d’IDAY et impliquant les acteurs locaux de l’identification des lacunes à la proposition de solutions est conforme à la conclusion du rapport de la Banque Mondiale mentionné ci-dessus. En effet, dans ce rapport sur l’éducation, elle diagnostique comme l’une des principales causes de la détérioration de la qualité de l’éducation le manque d’implication de ceux qui sont principalement concernés par ces questions. La participation de toutes les parties prenantes aux enquêtes et aux campagnes de plaidoyer d’IDAY intégrera précisément toutes ces préoccupations dans la performance de leur système éducatif. L’expérience d’IDAY montre également que la société civile locale propose généralement des solutions à faible coût. Ils contribueraient ainsi à alléger le fardeau de l’aide étrangère et et, en raison de la relation inverse entre montant d’aide étrangère et réduction de la pauvreté dans les pays récipiendaires, contribueraient ainsi à atténuer la pauvreté, principale cause de l’abandon scolaire.

L’approche d’IDAY prend également en compte les conclusions du World Development Report 2018 cité plus haut ainsi que d’un rapport récent (DPL3) du Partenariat Mondial pour l’Éducation (PME),  à savoir qu’améliorer la santé dans les écoles pour augmenter les capacités cognitives des élèves est la clé pour améliorer l’accès et la qualité de l’éducation. Il se trouve que depuis 2011, l’amélioration de la santé dans les écoles est un élément clé des programmes d’IDAY.

ENQUÊTES NATIONALES ANNUELLES

IDAY propose de profiter de la large couverture géographique de son réseau comprenant 20 pays membres et ses organisations citoyennes de la base pour interroger chaque année les parties concernées – parents, étudiants, enseignants et autorités – sur l’accès à l’éducation et la qualité. Pour assurer la crédibilité des données collectées, l’échantillonnage sera effectué conformément aux critères établis par les instituts nationaux de statistique et impliquera systématiquement les ministères de l’éducation. Les enquêtes seront menées avec la même méthodologie que celle utilisée dans le programme des travailleurs domestiques, qui s’est avérée efficace et efficiente.

Les sujets étudiés seront évalués en accord avec les 4 « A » proposés par K. Tomasevski, Rapporteur Spécial des Nation Unies pour l’éducation, travaillant au sein de l’Institut Raoul Wallenberg (Suède) et recommandé par la Campagne Mondiale pour l’Éducation :

  • – Availability (disponibilité physique)
  • – Accessibility (accès social)
  • – Acceptability (rencontrer les besoins locaux)
  • – Adaptability (évoluer avec le temps)

Les données collectées à travers les enquêtes seront comparées aux statistiques collectées par d’autres organisations : les statistiques annuelles de l’UNESCO, les indicateurs de prestation de services de la Banque mondiale (SDI), les indicateurs de l’éducation de Mo Ibrahim …

La liste des questions suivra aussi dans la mesure du possible les indicateurs proposés dans les lignes directrices de l’organisation Right to Education, une ONG spécialisée. Le programme sera réalisé en partenariat avec les agences PAL-NETWORK en Afrique. Ils seront responsables des citizen-led learning assessments et de la formation pédagogique des enseignants. IDAY est également en train de conclure un protocole d’entente avec Enseignants sans Frontières pour améliorer les normes pédagogiques dans les écoles participantes.

RÉSULTATS DES DONNÉES

300 organisations impliquées chaque année
20 pays
Les données collectées serviront à soutenir :

  1. – Des campagnes de plaidoyer avec des recommandations spécifiques pour surmonter les obstacles à l’accès à la qualité et à la pertinence dans l’éducation de base. Bien que des campagnes de plaidoyer seront menées tout au long de l’année, les membres d’IDAY profiteront de leur tradition d’interpeler les autorités nationales et internationales africaines lors de la Journée annuelle de l’enfant africain (16 juin) afin de mettre en avant les problèmes et les solutions soulevés à travers la publication de rapports spéciaux sur les résultats des enquêtes ;
  2. – Des campagnes de sensibilisation pour informer la population sur la performance des systèmes d’éducation nationaux et sensibiliser les parents sur l’importance de l’éducation (action démontrée comme étant une des solutions les plus efficaces pour garder les enfants à l’école selon J-PAL, la branche de recherche sur la qualité de l’éducation Institut de Technologie (MIT)) ;
  3. – Des projets modèles avec le soutien des gouvernements pour surmonter les principales lacunes des systèmes éducatifs nationaux.

Le programme devrait contribuer de manière significative à la réalisation de l’ODD n°4 dans les pays membres d’IDAY.

Populations ciblées

Les enquêtes des OSC et les citizen-led learning assessments comprennent la consultation de toutes les parties prenantes, y compris les enseignants, les élèves, les parents et les autorités, dont la moitié seront des femmes afin de renforcer l’implication des femmes dans le processus de développement.
Les principaux bénéficiaires seront :

  1. – Les enfants d’âge préscolaire avec la création pour les plus pauvres des pépinières avec les mères pour respecter les traditions locales ;
  2. – Les enfants des écoles primaires et secondaires à travers des programmes d’alphabétisation: jardins scolaires et cuisine; l’amélioration des normes de santé et la sensibilisation aux problèmes environnementaux ; améliorer les approches pédagogiques des enseignants et les communications décourageant les jeunes à se lancer dans une émigration clandestine ;
  3. – Les jeunes analphabètes et non formés, y compris les filles avec des cours d’alphabétisation fonctionnelle dispensés selon des horaires compatibles avec leurs horaires de travail pour donner accès à une formation professionnelle à ceux qui ont besoin de travailler et ne peuvent pas suivre des formations permanentes sur de longues périodes.

Budget et Partenaires

La campagne se fera avec les partenaires et membres d’IDAY dans les différents pays concernés et avec l’appui de PAL-NETWORK et la branche belge d’Enseignants sans Frontières.
La demande de financement se fait sur 5 ans avec pour objectif final que les gouvernements concernés et les institutions internationales prennent en charge le coût des enquêtes annuelles.
Le Budget estimé est de 290 000 USD par an et par pays.

Textes intégraux de cette Campagne Régionale sont disponibles sur demande à operations@iday.org