PROJET 53: Extension de la Production d’intrants d’Artemisia annua pour la lutte contre le paludisme en RDC

Pays impliqués :DRCKinshasa Enfants et jeunes soutenus :12000

Extension de la culture et de la production de semences, et des boutures d’Artemisia Annua au travers les sites retenus dans les 14 provinces de la RDC et la ville de Kinshasa.

Pays concerné  : RDC 14 provinces
Bénéficiaires :12,000
Budget :  34 178 €

Projet

IDAY-RDC a réalisé avec succès un premier projet de culture de l’Artemisia annua pour la production de semences. La coalition souhaite étendre la culture à d’autres provinces à titre d’essai et de propagation des moyens de reproduction de la plante en vue de son extension à grande échelle une fois que la population et les autorités seront convaincues des avantages considérables de la plante par rapport aux moyens classiques de lutte contre le paludisme. Ces moyens ne sont pas accessibles à tous en raison de leur prix élevé ; ils sont minés par les résistances et par les contre façons. Au contraire, l’Artemisia annua est un répulsif efficace contre le vecteur et n’ayant pas d’effets secondaires connues et n’ayant fait l’objet d’auncune résistance jusqu’à présent, elle connait une extension rapide en Afrique.
En RDC, le thé d’Artemisia annua est utilisé de longue date (une brochure fait état de son utilisation depuis 2003) et ANAMED, société commerciale allemande diffuse le thé dans des hôpitaux du pays. L’ensemble des recherches ont confirmé l’efficacité de la plante et le ministère de la jeunesse soutient le projet proposé notamment en raison de son impact également sur d’autres maladies tropicales comme la bilharziose confirmé par les recherches en RDC. Dans d’autres pays d’Afrique où IDAY a promu l’implantation de la plante dans des jardins scolaires, les    résultats scolaires se sont amélirorés considérablement.

Le projet fait partie d’une série de projets de jardins scolaires promus par IDAY dans 8 pays africains à la demande de la société civile locale.

Résultats escomptés 

-15 centres de production de semences (1 à Kinshasa et 14 en province dans des jardins scolaires) notamment avec l’appui de centres religieux

-Près de 12 000 personnes protégées contre le paludisme et autres maladies infectieuses tropicales

-Les centres de production de semences installés dans les provinces serviront de points de départ du lancement de la l’implantation de la plante dans les autres jardins scolaires du pays

-Trois échanges de jeunes permettront de diffuser les connaissances culturales et médicales de la plante et renforceront le pan-africanisme.

Faites une donation pour ce projet